L’EGYPTE, BERCEAU DE LA PARFUMERIE

– « L’odorat a été considéré dès l’Antiquité par les philosophes grecs comme un sens inférieur »

L’ÉGYPTE, BERCEAU DE LA PARFUMERIE

La parfumerie occidentale a ses racines dans celle du monde gréco-romain qui est fille de la parfumerie égyptienne. Considérés comme les maîtres incontestés de cet art, les Égyptiens l’ont profondément marqué de leur empreinte. L’ « anti », parfum primordial est pour eux la « sueur des dieux » et c’est la science des embaumeurs qui assure le passage du défunt dans une autre vie en faisant de lui un « parfumé ». Mais cette culture du parfum déborde largement le domaine du sacré pour s’étendre à la vie quotidienne. Dès les premières dynasties, palettes à fard, pots et vases à onguents, fioles à parfum, font partie des mobiliers funéraires qui recréent autour des défunts les conditions de leur vie terrestre. En terre cuite, ivoire, diorite, plus tard en pâte de verre, ils attestent d’un raffinement qui culmine avec les délicates cuillères à fard et les balsamaires d’albâtre du Nouvel Empire.

Quelques intervention avec Annick Le Guérer

France Inter, Les Savanturiers, samedi 7 septembre 2019 : Le parfum de Cléopâtre  par Fabienne Chauvière

France bleu Corse 10 février 2019 : La grande histoire du parfum par Christophe Zagaglia et Fabrice Fenouillère

Les parfums de l’Egypte ancienne à nos jours Emission « La suite de l’Histoire, l’intégrale » Présentée par Véronique Alzieu

Le parfum a toujours eu trois fonctions essentielles : religieuse, thérapeutique et séductrice. Annick Le Guérer retrace la fabuleuse histoire du parfum de l’Egypte ancienne.

Quoi de plus mystérieux qu’une odeur ? Emission du 27 mai 2005 sur Genève Active par Jacques Magnol

Quoi de plus mystérieux qu’une odeur, capable aussi bien d’attirer et de séduire que de provoquer d’irrésistibles réactions de dégoût et de rejet ? ECOUTER L’EMISSION

20 avril 2002 : Les chimistes s’entichent des parfums d’Egypte par SERGENT Denis

Analyser des produits anciens plus de trois mille ans après leur confection, percer le secret de leur composition grâce à leur bonne conservation dans des pots entreposés au Musée du Louvre : voilà déjà un prodige.

BASE flèche rouge 2LE PARFUM, DES TEMPLES ÉGYPTIENS AUX TEMPLES DE LA CONSOMMATION 

Le parfum a été conçu comme la « sueur des dieux », le « sang du Christ » et il était doté de très grands pouvoirs : sacrés, préventifs, curatifs, magiques, séducteurs. Il a joué dans la vie des humains un rôle protecteur essentiel qui hante encore notre imaginaire. Au fil du temps, il s’est coupé de ses fonctions religieuses et curatives. A partir de la fin du XIX e siècle, il a inclus des molécules de synthèse et s’est affirmé comme artistique. Pendant des siècles, de fabrication artisanale, il s’est par la suite industrialisé et dématérialisé (rareté des ingrédients végétaux et rejet des matières animales). Son industrialisation intensive, sa composition essentiellement chimique, les lancements internationaux, l’abaissement des coûts de production, ont considérablement fait évoluer son image. Désincarné, il est devenu un produit abstrait et un objet marketing. Face à la concentration industrielle et aux stratégies de la grande distribution, de nouvelles stratégies cherchent à redonner sa richesse créative au parfum et à en faire toujours un objet de rêve.


BASE flèche rouge 2

DE L’ÉGYPTE DES PHARAONS À LA NAVETTE SPATIALE : LA ROSE DANS TOUS SES ÉTATS 

Cultivée en Chine et en Perse depuis 5000 ans, la rose contient plusieurs centaines de . molécules odorantes exhalant différents parfums. La complexité et la richesse de sa senteur, plus encore que chez les autres fleurs, l’ont rendue précieuse au parfumeur. Tout au long de l’Histoire, la rose entre dans quantité de préparations : cônes parfumés   égyptiens portés durant les banquets, attars orientaux , préparations thérapeutiques de la duchesse de Bourgogne,   pommes de senteurs pour lutter contre la peste, parfums de Marie Antoinette etc…Plus tard, Jean Patou l’a magnifiera dans son célèbre JOY, le parfum le plus cher du monde, et IFF l’a cultivera même dans une navette spatiale…